Chapter 1
Séminaires à l'Observatoire en 2002/2003

Salle de Cours, Grande Coupole
11 rue de l'Université
67000 STRASBOURG


Liste des Séminaires en 2002/2003

  1. (Vendredi 6 Septembre 2002) Matthias STEINMETZ (Astrophysikalisches Institut Potsdam) The fine structure of disk galaxies: relics of a hierarchical formation process ?
  2. (Vendredi 13 Septembre 2002) Christine JOBLIN (Centre d'Etude Spatiale des Rayonnements) Les hydrocarbures aromatiques polycycliques du milieu interstellaire au laboratoire: l'expérience PIRENEA ?
  3. (Vendredi 20 Septembre 2002) Alex SZALAY (Johns Hopkins University) Latest results from SDSS: cosmology with large datasets.
  4. (Vendredi 27 Septembre 2002) Richard TUFFS (Max-Planck-Institut für Kernphysik, Heidelberg) Far-infrared emission from dust in normal galaxies.
  5. (Mercredi 2 Octobre 2002) R. KEPPENS (FOM-Institute for Plasma Physics, Rijnhuizen) Simulating magneto-fluids: astrophysical applications.
  6. (Vendredi 4 Octobre 2002) Ludovic Van WAERBEKE (Institut d'Astrophysique de Paris) Le côté obscur de l'Univers.
  7. (Lundi 7 Octobre 2002) M. S. NANDA KUMAR (Centro de Astrofisica da Universidade do Porto) Near-infrared view of proto clusters and massive star formation.
  8. (Vendredi 11 Octobre 2002) Gerard NOLLEZ (Institut d'Astrophysique de Paris) Recherche directe de WIMPs avec l'expérience.
  9. (Vendredi 18 Octobre 2002) Ben MOORE (Institute for Theoretical Physics, Zurich ) Dark matters.
  10. (Mardi 29 Octobre 2002, exceptionnellement) Jeffrey LINSKY (Department of Astrophysical and Planetary Sciences, Colorado) Measurements of the D/H ratio in our Galaxy: implications for cosmology and Galactic chemical evolution.
  11. (Vendredi 29 Novembre 2002) Sabine SCHINDLER (Universitaet Innsbruck, Austria) Clusters of galaxies: cosmology, evolution and physics.
  12. (Vendredi 6 Décembre 2002) Emmanuel DAVOUST (Observatoire Midi-Pyrénées, Toulouse) A quoi sert l'astronomie (évaluation d'une science par ses publications) ?
  13. (Vendredi 13 Décembre 2002) Jean-Marie HAMEURY (Observatoire Astronomique de Strasbourg) Observations de transitoires X en quiescence par XMM.
  14. (Vendredi 10 Janvier 2003) Richard RYAN (Observatoire Astronomique de Strasbourg) Self-consistent models of the magnetospheric structure of rapidly rotating star s.
  15. (Vendredi 24 Janvier 2003) Rubens FREIRE FERRERO (Observatoire Astronomique de Strasbourg) Quelques cas de la "Solar-Stellar Connection".
  16. (Vendredi 31 Janvier 2003) Guilaine LAGACHE (Institut d'Astrophysique Spatiale, Paris/Orsay) La folle saga des galaxies infrarouges.
  17. (Vendredi 7 Février 2003) Mark ALLEN et Pierre FERNIQUE (Centre de Données astronomiques de Strasbourg) Démonstration de l'Observatoire Virtuel.
  18. (Vendredi 14 Février 2003) Philippe PRUGNIEL (Observatoire de Lyon) Evolution of the stellar populations in the nearby Universe.
  19. (Jeudi 20 Février 2003, 16h00, exceptionnellement) Danielle ALLOIN (ESO, Chile) ESO Research Facilities in Santiago/Chile.
  20. (Vendredi 21 Février 2003) Danielle ALLOIN (ESO, Chile) Kinematics and excitation of the warm molecular gas in the inner 200 pc region of the AGN in NGC1068, from 2D near-IR ISAAC/ANTU spectroscopy.
  21. (Vendredi 28 Février 2003) David LANGLOIS (Institut d'Astrophysique de Paris) Notre univers: une brane dans un espace-temps à 5 dimensions ?
  22. (Vendredi 7 Mars 2003) Rainer SPURZEM (Astronomisches Rechen-Institut, Heidelberg) Rotation, binaries, planets: selected news from star cluster simulations.
  23. (Vendredi 14 Mars 2003) Hiltrud GERNER (Laboratoire ATILF) La Terre et le Ciel.
  24. (Vendredi 21 Mars 2003) Guinevere KAUFFMANN (Max-Plank-Institut fuer Astrophysik, Garching) Constraints on galaxy formation from spectroscopy of 10^5 galaxies in the Sloan Digital Sky Survey.
  25. (Vendredi 28 Mars 2003) Yannick TOUSSAINT (Institut National de Recherche en Informatique et Automatique - INRIA) La fouille de textes : éléments méthodolologiques et expérimentations.
  26. (Vendredi 4 Avril 2003) Jean-Louis HALBWACHS (Observatoire Astronomique de Strasbourg) Les fausses photos d' Apollo 11: histoire d'une intox.
  27. (Vendredi 11 Avril 2003) Rémi SOUMMER (Laboratoire Universitaire d'Astrophysique de Nice) L'Imagerie à Très Haute Dynamique.
  28. (Mardi 29 Avril 2003, exceptionnellement) E. SCANNAPIECO (Osservatorio Astrofisico di Arcetri, Firenze) High redshift outflows and their feedback on Galaxy formation.
  29. (Vendredi 16 Mai 2003) Fabien CASSE (FOM - Institute for Plama Physics, Rijnhuizen) Simulations numériques MHD de structures magnétisées d'accrétion-éjection.
  30. (Vendredi 23 Mai 2003) Pavel KROUPA (Universitaet Kiel) Star clusters: the fundamental building blocks of galaxies.
  31. (Mercredi 4 Juin 2003, exceptionnellement) Roberto SORIA (Mullard Space Science Laboratory, University College London) X-ray properties of nearby spiral galaxies.
  32. (Vendredi 6 Juin 2003) Thibaut LERY (Dublin Institute for Advanced Studies) Grids projets: applications a la formation stellaire.
  33. (Vendredi 13 Juin 2003) Alain FRESNEAU (Observatoire Astronomique de Strasbourg) Déflection d'orbites stellaires galactiques par les nuages moléculaires.
  34. (Vendredi 20 Juin 2003) Ralf-Dieter SCHOLTZ (Astrophysical Institute Potsdam) Search for the brown dwarfs in the Solar neighbourhood.
  35. (Vendredi 27 Juin 2003) André TABBONE (LORIA et Université Nancy 2) Identification d'objets à l'aide de la transformée de Radon.
  36. (Jeudi 3 Juillet 2003, exceptionnellement) T. MISHENINA (Observatoire d'Odessa) L'abondance des éléments chimiques dans les atmosphères des étoiles: liaison avec l'évolution de la Galaxie.
  37. (Vendredi 4 Juillet 2003) Ahmad HUJEIRAT (Max-Planck Institut fuer Astronomie, Heidelberg) Electromagnetic extraction of rotational energy and the origin of radio jets.
  38. (Vendredi 11 Juillet 2003) Prasenjit SAHA (Queen Mary and Westfield College, University of London) Lensed quasars, time delays, and the Hubble time.


Voir aussi:


The fine structure of disk galaxies: relics of a hierarchical formation process ?

Vendredi 6 Septembre 2002

Matthias STEINMETZ
Astrophysikalisches Institut Potsdam

I present results from a series of N-body/gasdynamical simulations designed to study the properties of galaxies that form in a cold dark matter-dominated universe. The simulations include star formation and feedback and have numerical resolution sufficiently high to allow for a direct investigation of the morphology and the detailed kinematics of simulated galaxies. In agreement with the results of previous theoretical work, the presence of the main morphological components of galaxies–disks, spheroids, bars–is regulated by the mode of gas accretion and intimately linked to discrete accretion events. Disks arise from the smooth deposition of cooled gas at the center of dark halos, spheroids result from the stirring of preexisting disks during mergers, and bars are triggered by tides generated by satellites. A closer look at the kinematics of stars of different age suggests that the origin of the old thin disk and of the thick disk can be closely linked to satellite accretion events.


Les hydrocarbures aromatiques polycycliques du milieu interstellaire au laboratoire: l'expérience PIRENEA ?

Vendredi 13 Septembre 2002

Christine JOBLIN
Centre d'Etude Spatiale des Rayonnements

Les Hydrocarbures Aromatiques Polycycliques (HAP) ont été proposés comme les porteurs des bandes aromatiques infrarouges (AIB) à 3.3, 6.2, 7.7, 8.6, 11.3 et 12.7 µm observées en émission dans de nombreuses régions du milieu interstellaire. L'identification de ces molécules a motivé de nombreux travaux impliquant astrophysiciens, physiciens moléculaires et chimistes. Le sujet a récemment progressé grâce aux données de l'observatoire spatial européen ISO (Infrared Space Observatory). D'une part, ces données ont confirmé le caractère hors d'équilibre de l'émission : mécanisme de chauffage impulsionnel lié à l'absorption de photons UV individuels. D'autre part, le profil des bandes observées témoigne de la nature moléculaire des porteurs. Des molécules de type HAP restent donc les meilleurs candidats à ce jour pour rendre compte des AIB. Cependant, aucune espèce individuelle n'a pu être identifiée sur la base d'un accord spectral satisfaisant. De plus, le spectre observé est relativement simple, laissant peu de place à la diversité spectrale, ce qui semble contradictoire avec les spectres connus de HAP. Il est fort possible que les HAP interstellaires (ceux qui émettent dans les AIBs) soient différents de ceux qui sont généralement étudiés en laboratoire. Dans le milieu interstellaire, les HAP, soumis aux photons UV des étoiles, peuvent être photodissociés. Ils peuvent également réagir avec le gaz et en particulier avec sa composante la plus abondante, l'hydrogène sous forme atomique et moléculaire. L'étude conjuguée de ces deux processus : photodissociation et couplage avec le gaz, devrait nous permettre de progresser dans l'identification des espèces HAP interstellaires. Un des challenges pour les études expérimentales est de pouvoir approcher en laboratoire les conditions physiques de l'espace interstellaire : environnement froid (10-50 K) et absence de collisions sur des temps longs. C'est l'objectif de l'expérience PIRENEA, "Piège à Ions pour la Recherche et l'Etude de Nouvelles Espèces Astrochimiques", qui est actuellement développée au CESR à Toulouse. Utilisant une cellule à résonance cyclotronique ionique, l'expérience permet d'étudier des processus qui se produisent sur des durées longues et qui sont donc d'intérêt interstellaire : échanges radiatifs impliquant l'émission IR, photodissociation près du seuil, association radiative? Je décrirai le dispositif expérimental et illustrerai son utilisation pour les études de physico-chimie interstellaire. Des premiers résultats concernant les HAP seront présentés. En parallèle aux études de laboratoire, la caractérisation des HAP interstellaires par les observations continue. Je présenterai un projet de recherche des modes de pliage très basses fréquences de ces espèces, recherche qui sera possible grâce au spectromètre hétérodyne HIFI de l'observatoire spatial Herschel. La détection de ces bandes donnerait une information immédiate sur la taille des espèces mises en jeu facilitant grandement leur identification par des mesures expérimentales précises.


Latest results from SDSS: cosmology with large datasets.

Vendredi 20 Septembre 2002

Alex SZALAY
Johns Hopkins University

(exceptionnellement à 10h15)


Far-infrared emission from dust in normal galaxies.

Vendredi 27 Septembre 2002

Richard TUFFS
Max-Planck-Institut für Kernphysik, Heidelberg

The sensitivity of ISO and its spectral grasp extending to 200 microns made it the first observatory capable of routinely measuring the infrared emission corresponding to the bulk of starlight absorbed by interstellar dust in normal galaxies. Here the term ``normal'' denotes star-forming systems not undergoing a starburst, and not dominated by AGN activity. I will review the morphological and spectral characteristics of the dust continuum emission from normal galaxies emitted in the 40 - 200 micron spectral range, as revealed by detailed mapping observations of nearby spirals and by statistical studies of the integrated emissions from representative samples in the local universe.


Simulating magneto-fluids: astrophysical applications.

Mercredi 2 Octobre 2002

R. KEPPENS
FOM-Institute for Plasma Physics, Rijnhuizen

Highly ionized plasma dynamics is encountered in virtually all astrophysical phenomena. In many of these, magnetic fields play a crucial role. A suitable model for the macroscopic behavior of such magneto-fluids is provided by the equations of MagnetoHydroDynamics (MHD). These equations are very well-suited to perform scale-encompassing numerical simulations of multi-dimensional non-linear astrophysical plasma flows. For that purpose, we continue the development and exploitation of the Versatile Advection Code [www.phys.uu.nl/ toth], along with its recent extension which employs dynamically controlled grid adaptation. I will present simulations of transonic stellar winds, shock-dominated dynamics which could occur at the heliospheric current sheet, and of magnetized jet flows. The latter can be susceptible to a wide variety of hydro- (e.g. Kelvin-Helmholtz) or magnetohydrodynamic (e.g. current driven kink) instabilities. Recent MHD computations of 3D jet flows have revealed how such mutually interacting instabilities can in fact aid in maintaining jet coherency. Another breakthrough from computational magneto-fluid modeling is the demonstration of continuous, collimated, transmagnetosonic jet launching from magnetized accretion disks. Summarizing, MHD simulations are rapidly gaining realism and significantly advance our understanding of astrophysical flow dynamics.


Le côté obscur de l'Univers.

Vendredi 4 Octobre 2002

Ludovic Van WAERBEKE
Institut d'Astrophysique de Paris

Devant l'avalanche actuelle de résultats en cosmologie observationnelle on peut se demander quelle direction va suivre ce domaine sur les 10 prochaines années. Apres un rappel des découvertes récentes, et de leur prolongement envisagé, je montrerai comment les effets lentilles gravitationnelles par les grandes structures vont pouvoir apporter une information complémentaire, et inaccessible à d'autres types d'analyse. Je décrirai ces effets, leur lien avec les modèles cosmologiques les plus courants, et j'exposerai les résultats et les contraintes les plus récentes, pour terminer sur les aspects prospectifs à plus long terme.


Near-infrared view of proto clusters and massive star formation.

Lundi 7 Octobre 2002

M. S. NANDA KUMAR
Centro de Astrofisica da Universidade do Porto

While low mass stars form both in isolated and clustered mode, massive stars are almost invariably associated with groups or clusters. Thus the earliest stages of massive star formation and cluster formation are closely connected. Though the formation of low mass stars are fairly well understood, the same is not true for massive stars and clusters. I will present preliminary results from a near-infrared survey aimed at studying the earliest stages of massive star formation/cluster formation. I shall also discuss the comparison of our results with the current cluster formation simulations.


Recherche directe de WIMPs avec l'expérience.

Vendredi 11 Octobre 2002

Gerard NOLLEZ
Institut d'Astrophysique de Paris

L'objectif poursuivi par la collaboration Edelweiss est la détection directe, au moyen de détecteurs cryogéniques, d'une possible composante non- baryonique (WIMPs) du halo de matière noire galactique. Le principe de la détection repose sur des bolomètres de germanium refroidis à très basse température (20 mK), à double détection, chaleur et ionisation, permettant une discrimination efficace entre les reculs de noyaux (causés par les WIMPs et les neutrons) et les électrons induits par le fond radioactif.

Nous avons récemment mis en oeuvre au Laboratoire Souterrain de Modane, un ensemble de 3 détecteurs de 320 grammes. Après une présentation de l'expérience et de son contexte je détaillerai les résultats remarquables obtenus avec l'un de ces 3 détecteurs. Après une exposition effective de 7.4 kg.jour, aucun recul de noyau n'est observé dans le domaine d'énergie de recul correspondant à des WIMPs de masse inférieure à 10 TeV. Cette sensibilité, inégalée au niveau mondial, est obtenue sans aucune soustraction de bruit de fond. Elle nous permet d'exclure à plus de 99.8% de confiance un WIMP de masse 44 GeV et de section efficace sur le nucléon de 5.4 10-6 pbarn, annoncé par l'expérience DAMA-NaI (interaction indépendante du spin). Un premier échantillonnage de modèles supersymétriques du neutralino est également exclu à 90% de confiance.

Je terminerai en présentant les projets de notre collaboration, permettant à terme la mise en oeuvre simultanée d'une centaine de détecteurs. La première phase, approuvée, de 20 détecteurs, se mettra en place au Laboratoire Souterrain de Modane en 2003.


Dark matters.

Vendredi 18 Octobre 2002

Ben MOORE
Institute for Theoretical Physics, Zurich

Over 10,000 papers have been written on the topic of dark matter at a cost of well over a billion dollars. I will review our current understanding of dark matter and then discuss theoretical, numerical and experimental efforts that will hopefully identify this mysterious component of the Universe. If time allows I will report on the dynamical effects of the cosmological constant on the Local Group and nearby galaxies.


Measurements of the D/H ratio in our Galaxy: implications for cosmology and Galactic chemical evolution.

Mardi 29 Octobre 2002, exceptionnellement

Jeffrey LINSKY
Department of Astrophysical and Planetary Sciences, Colorado

Most astronomers agree that deuterium was formed between 100 and 100 seconds after the Big Bang and that deuterium has subsequently been destroyed by nuclear reactions in stars. Thus an accurate measurement of D/H in unprocessed gas provides a clear test of conditions in the early universe and the baryon density today, and measurements of D/H in processed material in our Galaxy provides an important test of Galactic chemical evolution. I will summarize the recent measurements of the D/H ratio in gas in the local region of our Galaxy that we have obtained from analysis of Hubble and FUSE ultraviolet spectra, and compare these results with measurements at larger distances in the Galaxy and in lines of sight towards quasars. These results raise important questions concerning Galactic chemical evolution, but also provide a new tool for measuring the stellar wind fluxes for solar-type dwarf stars.


Clusters of galaxies: cosmology, evolution and physics.

Vendredi 29 Novembre 2002

Sabine SCHINDLER
Universitaet Innsbruck, Austria

Clusters of galaxies - the largest bound structures in the niverse -are ideal tools for cosmological research. Determinations of the total cluster mass e.g. to the mean matter density of the universe. New observations of CHANDRA and XMM also show different types interaction between the different cluster components, galaxies, intra-cluster gas or magnetic fields. They reveal interesting physical processes occurring at these large scales. Special emphasis will be put on the metal content, because the metallicity is an ideal tracer for interaction processes like ram-pressure stripping or galactic winds.


A quoi sert l'astronomie (évaluation d'une science par ses publications) ?

Vendredi 6 Décembre 2002

Emmanuel DAVOUST
Observatoire Midi-Pyrénées, Toulouse

Après une introduction sur les méthodes d'évaluation de la recherche fondamentale par les sociologues, je montrerai par quelques exemples comment on peut utiliser les publications pour évaluer la santé de la recherche en astronomie, et la place des français dans cette recherche. Je terminerai par une étude du rôle des références dans le discours scientifique.


Observations de transitoires X en quiescence par XMM.

Vendredi 13 Décembre 2002

Jean-Marie HAMEURY
Observatoire Astronomique de Strasbourg

Les binaires X sont des systèmes contenant une étoile normale, et un astre effondré, étoile à neutrons ou trou noir. Certains de ces systèmes sont transitoires, ce qui permet d'observer le compagnon et de déterminer de la masse de l'objet compact; celui-ci s'avère dans plusieurs cas être un trou noir.

L'observation X de ces sources en quiescence montre que les systèmes contenant un trou noir sont comparativement moins lumineux que ceux contenant une étoile à neutrons; ceci s'explique par la nature particulière de l'écoulement d'accrétion lorsque l'objet accrétant n'a pas de surface solide. Je montrerai que les dernières observations obtenues par XMM-Newton sont en bon accord avec les prédictions théoriques de ces modèles d'écoulement, ainsi qu'avec le modèle d'instabilité du disque d'accrétion qui explique la nature transitoire de ces systèmes.


Self-consistent models of the magnetospheric structure of rapidly rotating stars.

Vendredi 10 Janvier 2003

Richard RYAN
Observatoire Astronomique de Strasbourg

We present results from numerical calculations of equilibria for self-consistent models of rapidly rotating stellar magnetospheres. In this simple model we assume a magnetic dipole field aligned with the rotation axis and confining a corotating, isothermal plasma thereby allowing for the existence of axisymmetric, stationary states for the magnetosphere. Calculations of the stellar emission measure for the relatively undistorted closed coronal field then gives good agreement with the saturation in stellar emission with rotation that is observed in G-K stars and the supersaturation observed in M dwarfs. The potential for increase in sophistication of these models and incorporation of simple stellar structures into the magnetosphere is then discussed.


Quelques cas de la "Solar-Stellar Connection".

Vendredi 24 Janvier 2003

Rubens FREIRE FERRERO
Observatoire Astronomique de Strasbourg

Dans le cadre d'un programme sur l'activité chromosphérique et coronale d'étoiles de types F et G, les observations réalisées à l'OHP et à l'Observatoire de Catane permettent d'étudier en détail le rapport entre phénomènes actifs solaires et stellaires.

Il est intéressant de noter que l'analyse multi-spectrale permet parfois d'avoir une idée approximative de la distribution spatio-temporelle de centres d'activité sur la surface stellaire (pour HD 206860 G0V ) ou bien d'analyser la possibilité que l'étoile soit binaire (pour HD 111456 F5-6V ).

En outre, la périodicité de l'activité stellaire peut être trompeuse et induire en erreur les chercheurs d'exo-planètes: c'est le cas de HD 166435 (G0V) et de HD 192263 (K2V).


La folle saga des galaxies infrarouges.

Vendredi 31 Janvier 2003

Guilaine LAGACHE
Institut d'Astrophysique Spatiale, Paris/Orsay

Prédit pour la première fois en 1968, le Fond Diffus Extragalactique (FDE), qui provient de l'émission cumulée des galaxies sur toute l'histoire de l'univers, n'a été détecté, dans le domaine sub-millimétrique, qu'en 1996. Les détections complémentaires et l'avènement des observations du satellite ISO et des instruments SCUBA et MAMBO, ont fait de cette découverte une nouvelle voie pour l'étude de la formation et l'évolution des galaxies dans les domaines infrarouge et sub-millimétrique.

Je propose de faire un bilan sur l'état de notre compréhension de l'émission du FDE dans le domaine infrarouge-lointain et sub-millimétrique, et des galaxies qui en constituent les principales sources. Cette compréhension est principalement basée sur les observations du FDE avec les instruments FIRAS et DIRBE à bord de COBE et des relevés profonds cosmologiques effectués avec les instruments ISOCAM, ISOPHOT et SCUBA. Ces observations permettent aujourd'hui de contraindre pour la première fois la production d'énergie dans l'infrarouge en fonction du décalage vers le rouge (et donc l'histoire du taux formation d'étoiles), ainsi que l'évolution de la fonction de luminosité des galaxies infrarouge jusqu'à des décalages vers le rouge de l'ordre de 4. Nous verrons également que les galaxies infrarouge constituent un des chaînons important dans la formation hiérarchique des structures. J'aborderai alors dans ce cadre l'impact des premières détections des fluctuations du FDE en infrarouge lointain et le potentiel qu'offre l'étude de ces fluctuations pour contraindre la formation des galaxies.


Démonstration de l'Observatoire Virtuel.

Vendredi 7 Février 2003

Mark ALLEN et Pierre FERNIQUE
Centre de Données astronomiques de Strasbourg

Résumé non parvenu.


Evolution of the stellar populations in the nearby Universe.

Vendredi 14 Février 2003

Philippe PRUGNIEL
Observatoire de Lyon

From z=1 to z=0 the star formation rate dropped from an epoch of very intense activity to the present regime of quiescent star formation. In the present Universe strong star formation mostly accompanies collisions and bars in disk galaxies.

In order to understand the mechanisms of star formation and evolution of galaxies I will present recent results on the history of the stellar population of bulges.


ESO Research Facilities in Santiago/Chile.

Jeudi 20 Février 2003, 16h00, exceptionnellement

Danielle ALLOIN
ESO, Chile

For five years now, ESO has been developing research facilities in Santiago for the ESO scientists who operate the La Silla and Paranal telescopes. I shall present the facilities available in Santiago as well as the research activities conducted there. Relationship with the Chilean community and with the ESO member state communities will be highlighted.


Kinematics and excitation of the warm molecular gas in the inner 200 pc region of the AGN in NGC1068, from 2D near-IR ISAAC/ANTU spectroscopy.

Vendredi 21 Février 2003

Danielle ALLOIN
ESO, Chile

New results will be presented about the distribution and kinematics of the molecular and ionized environment of the AGN in NGC1068, over a 4"X4" region around the central engine, derived from ISAAC/VLT near-IR long slit spectroscopy. The selected wavelength range from 2.1 to 2.2 microns is suitable to detect and analyze the strong H2 emission line at a spectral resolution corresponding to 35km/s. We find an asymmetric distribution of the H2 emitting gas around the continuum peak: two main knots are detected at about 1" from the central engine along PA=90deg, showing a projected velocity difference of 140 km/s. This result is interpreted as the signature of a rotating "disk" and used to derive the mass of the central massive object. The excitation of the H2 line is found to be mainly due to the X-rays from the central engine. Models are presented to fit simultaneously the variations of the width and of the asymmetry of the H2 line profiles over the 200 pc central region: they involve a warped rotating disc and a radial outflow. Maps at different wavelengths, hence tracing different components of the AGN, are discussed. The location of the central engine is revisited and its surroundings examined: hot dust, warm and cold molecular gas, ionized gas...., in order to shed some light on the structure of type 2 AGN.


Notre univers: une brane dans un espace-temps à 5 dimensions ?

Vendredi 28 Février 2003

David LANGLOIS
Institut d'Astrophysique de Paris

Depuis quelques années, les théoriciens explorent activement l'idée d'un univers branaire, c'est-à-dire une surface, où la matière ordinaire serait confinée, plongée dans un espace-temps plus grand avec des dimensions supplémentaires. Après avoir présenté les principaux modèles, je me concentrerai sur les modèles de brane auto-gravitante avec une seule dimension supplémentaire, pour analyser en détail leur cosmologie. L'aspect le plus remarquable est que les lois de Friedmann, qui gouvernent l'évolution de notre univers, sont modifiées. J'évoquerai également, dans ce contexte, les perturbations cosmologiques, grâce auxquelles on pourrait espérer détecter, dans les futures observations cosmologiques, une signature des dimensions supplémentaires.


Rotation, binaries, planets: selected news from star cluster simulations.

Vendredi 7 Mars 2003

Rainer SPURZEM
Astronomisches Rechen-Institut, Heidelberg

Recent advances in theoretical modelling of the long-term evolution of star clusters are discussed, in particular regarding the inclusion of rotation, primordial binaries, and planetary systems in the star clusters. We use both statistical models based on the Fokker-Planck approximation as well as direct high-accuracy N-body modelling. Some aspects of new hardware (GRAPE, Beowulf clusters) and software (parallel Aarseth type N-body) will be discussed if time permits.


La Terre et le Ciel.

Vendredi 14 Mars 2003

Hiltrud GERNER
Laboratoire ATILF

(La vision du monde de l'homme médiéval confrontée aux connaissances actuelles à partir de quelques mots et contextes d'ancien et de moyen français.)

La première partie est une présentation rapide du Laboratoire ATILF (Analyse et Traitement Informatique de la Langue Française) et de ses activités dans lesquelles s'insère le lexique de l'astronomie. Je parlerai de ce qui a motivé la mise en oeuvre de ce lexique, son état actuel et le corpus textuel à exploiter ; puis, je montrerai des extraits d'articles relatifs aux sujets abordés.

Dans la deuxième partie, je propose, à partir de quelques mots-occurrences du lexique, une sélection thématique illustrée d'exemples, que je confronte aux connaissances de notre époque telles qu'elles se présentent dans des ouvrages de vulgarisation scientifique et dans la base Frantext moderne.

Les thèmes abordés sont : la terre - l'observation de phénomènes météorologiques - les planètes - les étoiles - les météorites.

Mon approche étant historique et philologique, je compte sur la participation des auditeurs pour le volet scientifique des sujets abordés ce qui permettrait un échange interdisciplinaire intéressant.


Constraints on galaxy formation from spectroscopy of 10^5 galaxies in the Sloan Digital Sky Survey.

Vendredi 21 Mars 2003

Guinevere KAUFFMANN
Max-Plank-Institut fuer Astrophysik, Garching

Unlike previous redshift surveys, the spectra in the SDSS are of extremely high quality and are very well suited to the determinations of the principal properties of the stars and the ionized gas in galaxies. I describe recent results from a program to characterize the physical properties of galaxies in the local Universe. I will demonstrate how this new data allows us to explore how the interplay between the environment, mass and structure of a galaxy has influenced its evolutionary history. I will also discuss the properties of the host galaxies of 22,000 AGN identified in the survey.


La fouille de textes : éléments méthodologiques et expérimentations.

Vendredi 28 Mars 2003

Yannick TOUSSAINT
Institut National de Recherche en Informatique et Automatique - INRIA

A partir du schéma global de la fouille de données et de l'acquisition de connaissances à partir de données, nous définissons une méthodologie générale de la "fouille de textes" dans laquelle nous privilégierons les règles d'association comme méthode de fouille. L'utilisateur final de nos travaux est un expert d'un domaine scientifique ou technique chargé de faire de la veille technologique. On peut remarquer que la fouille de textes est proche de la fouille de données mais qu'elle s'en différencie sur des points majeurs. Les textes sont des données structurées à plusieurs niveaux: structure logique du texte, structure du discours, sémantique, syntaxe, lexique. Tous ces niveaux font des textes, des données beaucoup plus complexes à traiter que des bases de données dont la sémantique est généralement beaucoup plus simple ou mieux formalisée. Comme il n'existe pas à l'heure actuelle de sémantique unifiée de représentation de l'intégralité du contenu d'un texte, la première étape de notre processus est donc la modélisation du contenu du texte. Nous décrirons les étapes du passage du texte à sa modélisation en restant à un niveau sémantique relativement simple. La deuxième étape du processus est la mise en oeuvre des techniques de fouille proprement dites. Nous exposerons nos travaux sur l'extraction de règles d'association. Nous présenterons l'intérêt des règles pour les experts en charge de la veille technologique et l'interprétation qu'ils en ont faite. Nous montrerons également comment des indices statistiques peuvent être associés aux règles pour faciliter l'accès au très grand nombre de règles. Les perspectives liées à ces travaux portent sur deux points:
- d'une part, nous envisageons d'extraire des structures sémantiques plus complexes qui pourraient être intégrées dans les processus symboliques de fouille et produire des résultats plus facilement interprétables;
- d'autre part, nous introduirons deux types de connaissances dans le processus. Une modélisation de l'utilisateur permettra de guider l'extraction d'informations complexes à partir de textes et la définition d'un modèle de connaissances du domaine enrichira l'interprétation des règles d'association.


Les fausses photos d' Apollo 11: histoire d'une intox.

Vendredi 4 Avril 2003

Jean-Louis HALBWACHS
Observatoire Astronomique de Strasbourg

Une rumeur court outre-Atlantique selon laquelle les missions lunaires habitées n'étaient que fiction. En écho à cette rumeur, un documentaire présente les photos ramenées par la mission Apollo 11 comme provenant des studios utilisés par Stanley Kubrik pour le tournage du film "2001, odyssée de l'espace". Bien que l'intention ce documentaire ait été d'éveiller l'esprit critique du public, et non de l'égarer, sa présentation sérieuse au premier abord le fait passer pour crédible auprès de bon nombre de gens. Il est donc utile que nous soyons informés sur les arguments qui y sont développés, afin d'être capable de répondre à d'éventuelles questions venant du public ou de nos étudiants.


L'Imagerie à Très Haute Dynamique.

Vendredi 11 Avril 2003

Rémi SOUMMER
Laboratoire Universitaire d'Astrophysique de Nice

L'Imagerie à Très Haute Dynamique (ITHD) concerne de nombreux objectifs astrophysiques, principalement liés à la détection directe de planètes extrasolaires et l'étude des environnements stellaires faibles. Je présenterai les principaux objectifs en ITHD, leurs enjeux scientifiques et un panorama rapide des différents projets instrumentaux dans ce domaine.

J'introduirai les problèmes principaux qui se posent lorsque l'on souhaite atteindre ces objectifs à fort contraste et les solutions à apporter (coronographie). Plusieurs approches instrumentales sont possibles en ITHD et je me concentrerai dans cet exposé sur la présentation des coronographes à masques.

Le principe des coronographes stellaires à masque de Lyot et de Roddier & Roddier peut être décrit en utilisant le formalisme de l'Optique de Fourier. On peut mettre ainsi en évidence la nécessité d'associer une apodisation de pupille d'entrée à ces coronographes. Les apodisations optimales sont les fonctions prolates sphéroidales qui permettent d'obtenir une extinction totale d'une étoile avec le coronographe de Roddier, pour des ouvertures rectangulaires et circulaires. Ces apodisations sont aussi optimales pour le coronographe de Lyot. On montre ainsi qu'un gain d'un facteur 10^3 à 10^5 peut être obtenu par rapport à la technique non apodisée, ce qui rend la compétitive par rapport à d'autres coronographes.

A partir d'une analyse des limitations chromatiques des coronographes à masques de phase, je présenterai un nouveau concept coronographique: le masque de phase à double zone qui permet des extinctions importantes sur de larges bandes spectrales.

Enfin, je présenterai quelques résultats de simulations de ces coronographes associés à de l'optique adaptative à haute performance dans le cadre de l'étude pour le projet VLT-Planet Finder (projet d'instrument de 2° génération au VLT).


High redshift outflows and their feedback on Galaxy formation.

Mardi 29 Avril 2003, exceptionnellement

E. SCANNAPIECO
Osservatorio Astrofisico di Arcetri, Firenze

A wide range of theoretical and observational arguments suggest that the intergalactic medium (IGM) experienced a period of intense heating and metal enrichment by outflows from starbursting dwarf galaxies. I will describe two theoretical studies of the evolution of such outflows and their feedback and on Galaxy formation. IGM enrichment from these sources is likely to have been incomplete, yet the majority of metals were ejected early, at redshifts above 5. This enrichment has a major impact on large galaxies, drastically changing their initial metallicities and cooling properties. On the other hand, outflows are able to strip baryons from pre-virialized overdense regions smaller than 10^10 solar masses, reducing the number density of galaxies in this mass range. Finally I will discuss detailed simulations of individual baryonic stripping events.


Simulations numériques MHD de structures magnétisées d'accrétion-éjection.

Vendredi 16 Mai 2003

Fabien CASSE
FOM - Institute for Plama Physics, Rijnhuizen

La formation des jets astrophysiques observés autour d'étoiles jeunes de faible masse, d'AGN ou encore autour d'objets compacts de notre galaxie a fait l'objet d'une intense activité théorique et numérique depuis plusieurs décennies. Dans ce séminaire, je commencerai, après une rapide introduction, par décrire le modèle le plus en vogue actuellement: le modèle d'accrétion-éjection qui décrit la naissance d'un jet par l'interaction d'un disque d'accrétion avec un champ magnétique à grande échelle. Dans la suite de l'exposé, je présenterai les premières simulations MHD 2.5D (3D avec axisymmétrie) de ce genre de systèmes où je montrerai comment à partir d'un simple disque d'accrétion magnétisé et résistif, on peut obtenir un jet stable de matière collimate et rapide.


Star clusters: the fundamental building blocks of galaxies.

Vendredi 23 Mai 2003

Pavel KROUPA
Universitaet Kiel

Most stars form in embedded star clusters with low star formation efficiencies. When the gas is expelled a large fraction of the stellar population expands outwards into the field of the host galaxy. The implications this process has on the morphological appearance of galaxies will be addressed using the example of thickened galactic disks. It will also be shown that a universal turnover in the star cluster mass function near 10^5 Msun can result from the physics of cluster formation, even for a scale-free (power-law) initial star-cluster mass function. In especially intense star-formation bursts the initial cluster mass function extends to massive star clusters that are often grouped into star-cluster complexes containing hundreds of clusters. These complexes evolve through successive cluster-cluster mergers. They build a dwarf galaxy if the cluster complexes form in tidal arms, and finally resemble the dwarf spheroidal satellites of the Milky Way. Cluster complexes born in the inner region of a star-forming galaxy can evolve to dwarf galaxies similar to the omega Centauri "star cluster".


X-ray properties of nearby spiral galaxies.

Mercredi 4 Juin 2003, exceptionnellement

Roberto SORIA
Mullard Space Science Laboratory, University College London

The X-ray properties of a spiral galaxy can be used as a probe of its internal activity and star-formation history, in parallel with optical, IR and radio observations. It is now possible to disentangle point-like X-ray sources and diffuse X-ray emission from hot gas in nearby spirals. By studying the luminosity, color and spatial distribution of the discrete sources, we can also distinguish X-ray binaries (powered by accretion), supernova remnants (powered by shocks) and supersoft sources (powered by nuclear burning). Each source of X-ray emission probes the star-forming activity at a different epoch. I will illustrate some recent results for a few nearby galaxies, and outline the work in progress and the future lines of research.


Grids projets: applications à la formation stellaire.

Vendredi 6 Juin 2003

Thibaut LERY
Dublin Institute for Advanced Studies

Un nouveau type de collaboration est en train de naître dans le monde scientifique: les GRIDS, ou grilles. Cette mise en commun des ressources entre instituts va donner un nouveau visage à la recherche, en particulier en astrophysique, par le biais d'organisations virtuelles. Apres une présentation des Grids, je présenterai le projet CosmoGrid dans lequel je suis impliqué. Je présenterai également les modèles que nous développons pour comprendre les premiers stades de la formation stellaire et les flots qui en résultent.


Déflection d'orbites stellaires galactiques par les nuages moléculaires.

Vendredi 13 Juin 2003

Alain FRESNEAU
Observatoire Astronomique de Strasbourg

La formation d'étoiles au sein de nuages moléculaires est un phénomène bien observé. Les nuages moléculaires associés au sac à charbon austral (ainsi dénommé par Herschel) ne sont par contre pas une région de formation d'étoiles. Une étude cinématique des orbites galactiques des étoiles proches de cette région nous suggère une dissipation du matériau interstellaire de l'ordre d'un dixième d'une année galactique. La détection de la région de photodissociation autour des étoiles proches de ces nuages est envisageable lorsque des mesures de mouvement propre de 0.001 seconde de degré par mois seront possibles.


Search for the brown dwarfs in the Solar neighbourhood.

Vendredi 20 Juin 2003

Ralf-Dieter SCHOLTZ
Astrophysical Institute Potsdam

Our knowledge of the Solar neighbourhood remains remarkably sketchy. Recent discoveries of very nearby early- to late-type M dwarfs appear to vindicate predictions that up to 30 In my talk, I will describe the ongoing search based on a new high proper motion survey using SuperCOSMOS data, which led to the discovery of the nearest brown dwarf epsilon Indi B, and compare it with other surveys in the near infrared.


Identification d'objets à l'aide de la transformée de Radon.

Vendredi 27 Juin 2003

André TABBONE
LORIA et Université Nancy 2

Dans le cadre de mon exposé, je présenterai dans un premier temps la problématique de l'équipe QGAR (Querying Graphics through Analysis and Recognition) du LORIA. Dans un deuxième temps, mon intervention sera orientée sur nos travaux concernant la transformée de Radon pour l'identification de formes (binaires, niveaux de gris et couleurs). La transformée de Radon d'une image est définie par la projection de cette dernière dans un espace continu d'angles de projection. Notre approche est fondée sur une signature calculée à partir de la transformée de Radon. Le calcul de ce type de signature est de complexité peu élevée et permet de retrouver des propriétés géométriques fondamentales comme l'échelle, la translation et la rotation. Nous définissons une signature tridimensionnelle prenant en compte les variations internes et de forme des objets.


L'abondance des éléments chimiques dans les atmosphères des étoiles: liaison avec l'évolution de la Galaxie.

Jeudi 3 Juillet 2003, exceptionnellement

T. MISHENINA
Observatoire d'Odessa

Résumé non parvenu.


Electromagnetic extraction of rotational energy and the origin of radio jets.

Vendredi 4 Juillet 2003

Ahmad HUJEIRAT
Max-Planck Institut fuer Astronomie, Heidelberg

Recent theoretical and observational efforts to uncover the mechanisms underlying jet formation in AGNs and micro-quasars leave little doubt about their linkage to the accretion phenomena via disks. A model for electromagnetic extraction of rotational energy from disks surrounding Schwarzschild/Kerr black holes for powering jets in quasars is presented. The role the Blandford-Znajek process which plays in the initiation of jets, and the efficiency of pair creation in these environs will be discussed as well.


Lensed quasars, time delays, and the Hubble time.

Vendredi 11 Juillet 2003

Prasenjit SAHA
Queen Mary and Westfield College, University of London

This talk will be an introduction to multiple-image quasars (with lots of interactive graphics), and a report on some recent work on inferring galaxy mass profiles and (maybe) the Hubble constant/time from lensing.



Rodrigo Ibata, Observatoire Astronomique de Strasbourg