Chapter 1
Séminaires à l'Observatoire en 2003/2004

Salle de Cours, Grande Coupole, 10h30
11 rue de l'Université
67000 STRASBOURG


Liste des Séminaires en 2003/2004

  1. (Vendredi 5 Septembre 2003, 10h30) Sandip K. CHAKRABARTI (S.N. Bose National Centre for Basic Sciences, Kolkata, India) Advective accretion disks and their observational confirmations.
  2. (Vendredi 26 Septembre 2003, 10h30) Pavel KROUPA (Universit\351 de Kiel) The distribution of massive stars.
  3. (Vendredi 3 Octobre 2003, 10h30) Slava ZAVLIN (Max-Plank Institut fuer Extraterrestrische Physik, Garching) Thermal emission from isolated neutron stars.
  4. (Vendredi 10 Octobre 2003, 10h30) Peter TEUBEN (Astronomy Department, University of Maryland) NEMO and theory in a virtual observatory.
  5. (Mercredi 22 Octobre 2003, 14h00, exceptionnellement) François SCHNELL (Université Louis Pasteur de Strasbourg) Les outils du campus numérique à Strasbourg.
  6. (Vendredi 24 Octobre 2003, 10h30) Andrea MARTOCCHIA (Observatoire Astronomique de Strasbourg) Relativistic effects in BH candidates' spectra.
  7. (Vendredi 31 Octobre 2003, 10h30) Jean-Philippe UZAN (Laboratoire de Physique Théorique, Paris/Orsay) Les constantes fondamentales et leurs variations.
  8. (Vendredi 7 Novembre 2003, 10h30) Fernando COMERON (European Southern Observatory, Munich) Young massive stars in the halo of NGC 253.
  9. (Vendredi 21 Novembre 2003, 10h30) Hans Walter RIX (Max Planck Institut fuer Astronomie, Heidelberg) The evolution of galaxies over the last half of the Universe's age.
  10. (Vendredi 28 Novembre 2003, 10h30) Catherine DOUGADOS (Observatoire de Grenoble) Contraintes sur l'origine de la perte de masse dans les étoiles jeunes.
  11. (Vendredi 12 Décembre 2003, 10h30) Simon LILLY (ETH, Zurich) The early history of galaxies.
  12. (Vendredi 19 Décembre 2003, 11h00 exceptionnellement) Didier QUELOZ (Observatoire de Genève) Les planètes extra-solaires.
  13. (Vendredi 9 Janvier 2004, 10h30) Laurent WENDLING (LORIA, Nancy) Définition de relations spatiales et reconnaissance des formes.
  14. (Vendredi 16 Janvier 2004, 10h30) Yael NAZE (Université de Liège) Bulles célestes.
  15. (Vendredi 23 Janvier 2004, 10h30) Jérôme PEREZ ((1) Laboratoire de Mathématiques Appliquées, École Nationale Supérieure des Techniques Avancées, Paris et (2) LUTH, Observatoire de Paris-Meudon) Effondrement d'un système de particules en interaction gravitationnelle.
  16. (Vendredi 30 Janvier 2004, 10h30) Delphine PORQUET (Max-Planck-Institut fuer Extraterrestrische Physik, Garching) Spectroscopie en rayons X avec XMM-Newton du Centre Galactique aux Quasars.
  17. (Vendredi 6 Février 2004, 10h30) Hilmar W. DUERBECK (Vrije Universiteit, Brussels, Belgique) Long term development of prenovae, postnovae and nova shells.
  18. (Vendredi 20 Février 2004, 10h30) Sébastien VAUCLAIR (Laboratoire d'astrophysique de Toulouse) Propriétés X des amas de galaxies distants et implications cosmologiques.
  19. (Vendredi 5 Mars 2004, 10h30) Piet HUT (IAS, Princeton, NJ) The gravitational many-body problem: from thermodynamics to dense star clusters.
  20. (Vendredi 12 Mars 2004, 10h30) Nicolas LUMINEAU (Laboratoire Informatique de Paris VI.) Partage à grande échelle de ressources hétérogènes et réparties: Localisation de métadonnées.
  21. (Vendredi 19 Mars 2004, 10h30) Ignacio NEGUERUELA (Université d'Alicante, Espagne) The extremely massive open cluster Westerlund 1: starburst at the doorstep.
  22. (Vendredi 26 Mars 2004, 10h30) Jean-Pierre MATSUMOTO (INRIA, Paris/Rocquencourt) Langage de "Dataflow Scientifique".
  23. (Vendredi 2 Avril 2004, 10h30) Douglas HEGGIE (University of Edinburgh) Why the dynamics of star clusters is still interesting.
  24. (Vendredi 16 Avril 2004, 10h30) Yaël FUCHS (CEA, Saclay) Les microquasars vus sous toutes les longueurs d'onde.
  25. (Vendredi 23 Avril 2004, 10h30) Jérôme PETRI (Université d'Utrecht, Pays-Bas) Magnétosismologie des disques d'accrétion et QPOs.
  26. (Vendredi 30 Avril 2004, 10h30) Mustapha MOUHCINE (Université de Nottingham, Grande-Bretagne) Properties of spiral galaxy stellar halos.
  27. (Vendredi 7 Mai 2004, 10h30) Heinz ANDERNACH (Université de Guanajuato) "Published" extragalactic data: how accessible are they?
  28. (Vendredi 14 Mai 2004, 10h30) Ken FREEMAN (Australian National University) Galactic disks.
  29. (Vendredi 28 Mai 2004, 10h30) Panos PATSIS (Académie d'Athènes) Barred galaxies en face: Boxy outer isophotes and inner rings.
  30. (Vendredi 4 Juin 2004, 10h30) Alain LECAVELIER (Institut d'Astrophysique de Paris) L'évaporation des Jupiters-chauds. Observations et modélisation.
  31. (Vendredi 18 Juin 2004, 10h30) Anita RICHARDS (University of Manchester) The structure of cool star winds and YSO environments probed using masers.
  32. (Vendredi 2 Juillet 2004, 10h30) Morgan LE DELLIOU (Institut National de Physique Nucl\351aire et de Physique des Particules) Quintessence et Structures.


Voir aussi:


Advective accretion disks and their observational confirmations.

Vendredi 5 Septembre 2003, 10h30

Sandip K. CHAKRABARTI
S.N. Bose National Centre for Basic Sciences, Kolkata, India

Advective accretion disks are those which are transonic in nature and can have standing or oscillating shock waves in them. These shock waves are centrifugal pressure supported and the post shock region (the region between the shock and the black hole) behaves as the `boundary layer' of the black hole. From this region, all the hard X-rays and jets are produced. We discuss the nature of the time independent and time-dependent nature of these solutions and how, day by day, observations are confirming such a paradigm.


The distribution of massive stars.

Vendredi 26 Septembre 2003, 10h30

Pavel KROUPA
Université de Kiel

The stellar IMF has been found to be an invariant Salpeter power-law (alpha=2.35) above about 1 Msun, but at the same time a massive star typically has more than one low-mass companion. This constrains the possible formation scenarios of massive stars, but also implies that the true, binary-star corrected stellar IMF should be significantly steeper than Salpeter, alpha>2.7. A significant fraction of all OB stars are found relatively far from potential birth sites which is most probably a result of dynamical ejections from cores of binary-rich star clusters. Such cores form rapidly due to dynamical mass segregation, or they are primordial. Probably all OB stars thus form in stellar clusters together with low-mass stars, and they have a rather devastating effect on the embedded cluster by rapidly driving out the remaining gas leaving expanding OB associations and bound star clusters. The distributed population of OB stars has a measured IMF with alpha about 4, which however, does not necessarily constitute a different physical mode for isolated star formation. A steep field-star IMF is obtained naturally because stars form in clusters which are distributed according to a power-law cluster mass function.


Thermal emission from isolated neutron stars.

Vendredi 3 Octobre 2003, 10h30

Slava ZAVLIN
Max-Plank Institut fuer Extraterrestrische Physik, Garching

Observing and modelling the neutron star thermal radiation, presumably emitted from stars' atmospheres, aim at inferring the surface temperature, chemical composition, and neutron star masses and radii. This information, supplemented with model equations of state and cooling theories, is expected to move us further in understanding the fundamental properties of the superdense matter in neutron star interiors. I will review the current status of the neutron star atmosphere modelling and the observational results on thermal emission from various types of neutron stars.


NEMO and theory in a virtual observatory.

Vendredi 10 Octobre 2003, 10h30

Peter TEUBEN
Astronomy Department, University of Maryland

NEMO is a software toolbox with which you can setup, integrate, analyse and visualize, Nbody systems, in addition many tools exist to interoperate Nbody snapshots to and from images, orbits and tables, which makes NEMO a very versatily package for a variety of astrophysical situations. If time and technology allows, the talk will show some examples how NEMO can be used. Some comments on theory in a Virtual Observatory will also be made.


Les outils du campus numérique à Strasbourg.

Mercredi 22 Octobre 2003, 14h00, exceptionnellement

François SCHNELL
Université Louis Pasteur de Strasbourg

Pour la présentation, il s'agit dans un premier temps d'expliquer brièvement le contexte national, régional et local du campus numérique. Je présenterai ensuite les principaux outils disponibles pour les enseignants et en particulier Univ-R (Environnement numérique de Travail) et Acolad (Apprentissage collaboratif à distance). J'écouterai également les souhaits, besoins et difficultés des enseignants pour les faire remonter aux concepteurs/décideurs de ces outils. Cette présentation se veut essentiellement pratique et participative.

Public : essentiellement les enseignants mais tout le monde est bienvenu (mon rôle dans ce contexte est d'être à l'interface entre ces nouveaux outils et les enseignants)


Relativistic effects in BH candidates' spectra.

Vendredi 24 Octobre 2003, 10h30

Andrea MARTOCCHIA
Observatoire Astronomique de Strasbourg

The effects of lensing and energy shift, as predicted by the Theory of General Relativity, have been observed in high energy spectra of both AGN and galactic BH candidates. We shortly describe the related model and the existing phenomenology, focusing in particular on detections of GR-distorted iron K-alpha emission. Special attention will be devoted to the case of some galactic BH candidates.


Les constantes fondamentales et leurs variations.

Vendredi 31 Octobre 2003, 10h30

Jean-Philippe UZAN
Laboratoire de Physique Théorique, Paris/Orsay

Des observations astrophysiques récentes ont relancé les interrogations sur la constance des constantes de la nature qui avaient été initiées par P. Dirac en 1937. Après avoir rappelé un certain nombre de faits sur le rôle des constantes en physique et sur leur lien avec la métrologie, je passerai en revue les diverses contraintes expérimentales et observationnelles. La compatibilité des différentes mesures et les hypothèses nécessaires à l'obtention de ces contraintes seront discutées. Pour finir, je décrirai les motivations et les modèles théoriques qui permettent de penser à des constantes variables.


Young massive stars in the halo of NGC 253.

Vendredi 7 Novembre 2003, 10h30

Fernando COMERON
European Southern Observatory, Munich

Recent observations are showing that formation of massive stars can take place in galactic haloes, in environments very different from the molecular clouds in galactic disks where normal stars are formed. An ongoing project will be described that has revealed evidence for an excess of blue objects, presumably early-type young stars, in the halo of NGC 253, a nearby, edge-on starburst galaxy in the Sculptor group. Spectroscopic observations have confirmed one of these objects as a mid-type B supergiant star, although observations do not conclusively rule out in that case that might be a runaway star ejected into the halo. The talk will describe the available observations and the interpretation of the findings obtained thus far.


The evolution of galaxies over the last half of the Universe's age.

Vendredi 21 Novembre 2003, 10h30

Hans Walter RIX
Max Planck Institut fuer Astronomie, Heidelberg

Combining redshifts and SEDs for 30,000 galaxies from the COMBO-17 survey, with HST imaging for 10,000 of them, I'll draw up a fairly comprehensive picture of the evolution of the galaxy population over the last half of the Universe's age. In particular, I'll discuss how galaxy disks have grown, whether spheroids have only evolved passively and in what type of galaxies the dying breed of luminous AGN's live.


Contraintes sur l'origine de la perte de masse dans les étoiles jeunes.

Vendredi 28 Novembre 2003, 10h30

Catherine DOUGADOS
Observatoire de Grenoble

Le processus de formation d'une étoile s'accompagne de signatures d'éjection de matière sous la forme de jets supersoniques et collimates. Les seuls mécanismes capables de produire une perte de masse fortement directionnelle font appel à des processus d'accélération magnétique. Le réservoir d'énergie reste toutefois inconnu: soit le processus d'accrétion lui-même (vents de disque) soit l'énergie rotationnelle de la proto-étoile centrale (modèles de vents stellaires, de vents de reconnexion). Discriminer entre ces différentes origines d'éjection a d'importantes implications en particulier pour le processus de formation planétaire. Un ensemble d'observations à haute résolution spatiale ont récemment obtenues sur les régions internes (< 100 au) des vents d'étoiles jeunes, soit au sol avec des systèmes d'optique adaptative, soit dans l'espace avec le HST. Ces observations nous donnent accès pour la première fois aux régions de collimation et d'accélération des jets proto-stellaires. Je ferai le bilan des contraintes apportées par ces observations sur les modèles d'éjection proposés.


The early history of galaxies.

Vendredi 12 Décembre 2003, 10h30

Simon LILLY
ETH, Zurich

I will discuss several aspects of the properties of distant galaxies and the overall star-formation history of the Universe, including the production of metals and the extragalactic background, the epoch at which massive galaxies first appear appearance of massive galaxies in the Universe, the highly-obscured highly-luminous ULIRG galaxies and finally re-ionization and observational techniques to search for galaxies at z > 6.


Les planètes extra-solaires.

Vendredi 19 Décembre 2003, 11h00 exceptionnellement

Didier QUELOZ
Observatoire de Genève

Depuis la première détection d'une planète en 1995, plus de 100 planètes ont été identifiées en orbite autour d'autres étoiles. Ces nouveaux systèmes planétaires présentent pour la plupart des caractéristiques orbitales inattendues. Je ferai un tour d'horizon de notre niveau de connaissance de ces systèmes. J'évoquerai également l'implication qu'ont l'ensemble de ces découvertes sur notre compréhension de la formation planétaire. Je finirai mon exposé par la description des développements futurs dans la recherche des planètes.


Définition de relations spatiales et reconnaissance des formes.

Vendredi 9 Janvier 2004, 10h30

Laurent WENDLING
LORIA, Nancy

L'évaluation qualitative floue (ou quantitative) des relations spatiales directionnelles telles "à droite de", "au-dessus de"... entre deux objets repose souvent sur le calcul d'un histogramme d'angles (ou sur le barycentre des objets considérés). Nous présenterons dans le cadre de ce séminaire une approche fondée sur la notion d'histogramme de forces qui permet d'obtenir des résultats plus cohérents vis-à-vis de la perception humaine. Enfin nous montrerons qu'il est possible d'utiliser ce type d'histogramme pour des problèmes de reconnaissance des formes.


Bulles célestes.

Vendredi 16 Janvier 2004, 10h30

Yael NAZE
Université de Liège

Reines du ciel, les étoiles massives sont bien connues pour être les principales responsables de l'enrichissement des galaxies. Mais ces étoiles exceptionnelles interagissent aussi étroitement avec le milieu interstellaire : leurs vents stellaires sont en effet capables d'y creuser des "bulles". Ce type de structures a été observé des longueurs d'onde visibles aux rayons X, et ce séminaire propose une introduction générale à ce phénomène particulier, ainsi qu'une comparaison entre les meilleurs modèles théoriques actuels et les derniers résultats observationnels.


Effondrement d'un système de particules en interaction gravitationnelle.

Vendredi 23 Janvier 2004, 10h30

Jérôme PEREZ
(1) Laboratoire de Mathématiques Appliquées, École Nationale Supérieure des Techniques Avancées, Paris et (2) LUTH, Observatoire de Paris-Meudon

Le processus d'effondrement gravitationnel est supposé être à la base de la formation de multiples objets en astrophysique (étoiles, amas ouverts ou globulaires, galaxies, grandes structures, ...?). Nous présenterons une revue des modélisations possibles de ce problème dans le contexte newtonien : Évolution de N particules massives dans le champ gravitationnel créé par celles-ci. Nous présenterons alors les principaux résultats classiques issus de ces diverses modélisations (analytiques ou numériques). Nous présenterons enfin les résultats d'une étude récemment menée, lesquels, confrontés à certaines observations envisageables sur des amas globulaires ou des galaxies elliptiques, permettront peut-être de déterminer certains des paramètres fondamentaux inhérents à la formation des structures auto-gravitantes.


Spectroscopie en rayons X avec XMM-Newton du Centre Galactique aux Quasars.

Vendredi 30 Janvier 2004, 10h30

Delphine PORQUET
Max-Planck-Institut fuer Extraterrestrische Physik, Garching

Le satellite XMM-Newton permet de sonder les régions centrales des galaxies dans le domaine des rayons X et d'en étudier les caractéristiques spectrales qui sont cruciales pour comprendre les processus en jeu dans ces régions. Je présenterai l'étude de l'éruption la plus brillante jamais observée à ce jour, provenant de Sgr A*, la source radio associée au trou noir supermassif du centre de notre Galaxie.

Egalement, en ce qui concerne les Noyaux actifs de galaxies, XMM-Newton a permis de révéler la présence d'une raie de fluorescence du fer à 6.4 keV large et intense dans un quasar très lumineux en X. Cet objet se distingue des autres quasars de même luminosité qui ne présentent habituellement qu'une raie du fer très ionisé peu intense voire inexistante.

Enfin, je terminerai par l'introduction de diagnostics de plasmas (température, densité) accessibles pour la première fois à des objets extra-solaires (ex.: couronnes stellaires, Noyaux Actifs de Galaxies, etc. ) grâce aux réseaux à bord de Chandra et XMM-Newton.


Long term development of prenovae, postnovae and nova shells.

Vendredi 6 Février 2004, 10h30

Hilmar W. DUERBECK
Vrije Universiteit, Brussels, Belgique

I will present an overview of our knowledge of brightness evolution of classical novae before and after eruption, and will try to derive implications for their relation to nova like stars and dwarf novae ("nova hibernation scenario"). I will also present our knowledge on the flux evolution of nova shells in the decades following nova outbursts.

Ce séminaire sera suivi d'une présentation sur l'histoire de l'Observatoire de Strasbourg:

"Strasbourg Observatory - Imperial Germany's model research institute"

I will give an overview of the scientific plans, activities and achievements of Strasbourg Observatory from 1874-1918, and will also briefly mention the work of the directors (Winnecke, Becker, Bauschinger), observers (Schur, Kobold, Wirtz), assistants and PhD students. Besides contributions to the Venus transit expeditions of 1882, and geophysical research in Alsatia, research into the nature of nebulae was the main project that was initiated by Winnecke, and carried through (although with modifications) until World War I put an end to serious scientific work. A few remarks on the activities in 1941-1943 are also given.


Propriétés X des amas de galaxies distants et implications cosmologiques.

Vendredi 20 Février 2004, 10h30

Sébastien VAUCLAIR
Laboratoire d'astrophysique de Toulouse

Les résultats de l'étude d'un ensemble d'amas de galaxies très lointains, observés tels qu'ils étaient à une époque où l'univers était presque deux fois plus jeune qu'aujourd'hui, conduisent à des conclusions pour le moins inattendues. Les observations de ces amas ont été obtenues par le satellite européen XMM-Newton de l'ESA, dans le cadre d'une collaboration internationale. Ces observations confirment l'évolution avec le redshift de la relation luminosité-température des amas, qui est un élément clef dans la modélisation de l'abondance des amas de galaxies. La comparaison entre les prédictions de différents modèles cosmologiques et les observations indique une forte évolution de l'abondance des amas en fonction du redshift. Ceci est, en principe, l'indice d'une valeur élevée de la densité de matière de l'univers, nettement supérieure à la valeur préconisée suite aux observations de WMAP ou des supernovae.

Dans tous les cas, ces résultats montrent qu'il sera nécessaire d'effectuer une révision profonde d'une partie des hypothèses de base des cosmologistes: si les amas de galaxies distants sont bien conformes à ce qui a été supposé jusqu'à présent, il faudra abandonner l'idée d'un univers dominé par l'énergie du vide, dans le cas contraire, il faudra comprendre les processus qui concourent à la formation et à l'évolution des amas de galaxies pour en faire des objets bien plus complexes que ce qui a été supposé jusqu'à présent.


The gravitational many-body problem: from thermodynamics to dense star clusters.

Vendredi 5 Mars 2004, 10h30

Piet HUT
IAS, Princeton, NJ

Globular clusters, open clusters, star-forming regions, and galactic nuclei are all examples of dense stellar systems, where encounters between individual stars play an important role in their evolution. A detailed understanding of these systems requires us to model them by combining stellar dynamics, stellar evolution, and stellar hydrodynamics. Starting with stellar dynamics, we will have a look at the unique thermodynamic properties of dense stellar systems. We will then visit a new initiative, called MODEST for MOdeling DEnse Stellar Systems, which aims at integrating (hydro)dynamics and evolution.


Partage à grande échelle de ressources hétérogènes et réparties: Localisation de métadonnées.

Vendredi 12 Mars 2004, 10h30

Nicolas LUMINEAU
Laboratoire Informatique de Paris VI.

La grande masse de données collectées de manière autonome par les scientifiques de l'environnement constitue un véritable réseau de ressources inexploitées et pourtant utiles à des fins d'analyse, de prévisions ou de décisions. Ce constat nous amène à revoir la notion d'accès à l'information. A travers une architecture Pair à Pair, le projet PADOUE vise à permettre le partage de ressources environnementales qui sont hétérogènes (fichiers, bases de données, cartes, programmes...) et dispersées sur les différents sites de production et de traitement.

Cet exposé se focalisera sur la localisation de ces ressources basée sur l'exploitation de métadonnées qui les décrivent et les référencent. La première partie de l'exposé sera consacrée aux choix architecturaux permettant l'intégration du médiateur LeSelect à l'architecture Pair à Pair. La seconde partie sera dédiée à l'optimisation du processus de localisation dans un tel réseau. En effet, afin de permettre une localisation efficace, différents niveaux sémantiques (liés aux communautés d'utilisateurs, au contenu sémantique des métadonnées ainsi qu'à leur structure) sont introduits dans le processus de propagation des requêtes.

Référence : Projet PADOUE (Partage de DOnnées Utilisées en Environnement) http://www-poleia.lip6.fr/padoue


The extremely massive open cluster Westerlund 1: starburst at the doorstep.

Vendredi 19 Mars 2004, 10h30

Ignacio NEGUERUELA
Université d'Alicante, Espagne

After a brief introduction to massive star clusters, I am presenting preliminary results of our ongoing photometric and spectroscopic study of the young open cluster Westerlund 1. This rather obscured cluster (around 14 mag of extinction) is located at a distance of 2-3 kpc in the constellation of Ara. Its massive star population is unprecedented. So far, 19 Wolf-Rayet stars have been detected, together with an enormous variety of other evolved massive stars. Several extremely bright BAF supergiants have bolometric luminosities placing them in the range of hypergiants and two of them show characteristics of Luminous Blue Variables.

The location in the photometric diagram of 15 blue supergiants spectroscopically confirmed suggests the presence of more than one hundred massive stars in post-main-sequence phases. For an estimated age of 4Myr, photometry suggests a population of hundreds of OB stars. For a standard IMF, this would result in a total cluster mass in excess of 10^5 solar masses. Westerlund 1 would thus be not only the most massive cluster in our Galaxy, but also a good analogue to super star clusters in starburst galaxies.


Langage de "Dataflow Scientifique".

Vendredi 26 Mars 2004, 10h30

Jean-Pierre MATSUMOTO
INRIA, Paris/Rocquencourt

L'objet de cet exposé est de présenter le langage de "DataFlow Scientifique" qui permet de construire graphiquement des chaînes de traitements pour l'analyse de données scientifiques. Les avantages qu'apporte l'utilisation de chaînes de traitements par rapport aux programmes monolithiques sont principalement la réutilisation, l'amélioration indépendante de chacun des composants et les opportunités de répartition d'exécution. Nous avons également observé un bénéfice en terme d'interopérabilité qui facilite sensiblement le couplage et la comparaison de traitements scientifiques.

Une architecture d'exécution s'appuyant sur un système de médiation sera également présente.


Why the dynamics of star clusters is still interesting.

Vendredi 2 Avril 2004, 10h30

Douglas HEGGIE
University of Edinburgh

Stellar dynamics is a mature topic but does not often take centre stage in astrophysics as a whole. Similarly, star clusters do not have a vital role in astrophysics for their own sake, though they tell us something unique about many current areas of astrophysics. This talk, which is intended for a general astrophysics audience, illustrates why the dynamics of star clusters nevertheless remains an important focus of interest. Two current examples are used to illustrate this theme. One is the modelling of tidal evolution, which is a problem in pure stellar dynamics. The other concerns the developing area of contact between stellar dynamics and stellar evolution.


Les microquasars vus sous toutes les longueurs d'onde.

Vendredi 16 Avril 2004, 10h30

Yaël FUCHS
CEA, Saclay

Les microquasars sont des étoiles binaires-X à jets, répliques miniatures et moins puissantes des lointains quasars et radio-galaxies. Leur grande variabilité permet d'observer des états très différents correspondant à des phénomènes physiques complexes d'accrétion et d'éjection de matière autour d'un trou noir. Cette petite revue décrira les microquasars de la radio aux rayons gamma. Je partirai du système binaire, puis je suivrai le cheminement des jets relativistes des petites aux grandes échelles jusqu'à leur interaction avec le milieu environnant. Je parlerai aussi des découvertes du satellite gamma INTEGRAL, et des perspectives d'observation à haute énergie.


Magnétosismologie des disques d'accrétion et QPOs.

Vendredi 23 Avril 2004, 10h30

Jérôme PETRI
Université d'Utrecht, Pays-Bas

Les disques d'accrétion sont des objets très répandus dans l'Univers. On les observe dans de nombreux objets astrophysiques tels que les noyaux actifs de galaxies, les systèmes binaires comportant un objet compact, ou encore autour des étoiles en formation. Cependant, le mécanisme responsable de cette accrétion vers l'objet central est encore mal connu. En effet, la viscosité moléculaire à elle seule est trop faible pour expliquer les taux d'accrétion observés. Néanmoins, la découverte des oscillations quasi-périodiques (QPOs) dans le milieu des années 1980 offre une nouvelle opportunité de sondage des disques d'accrétion dans leurs régions les plus internes. Certains modèles comme par exemple celui de la précession relativiste ou encore celui de la fréquence de battement au point sonique ou au rayon magnétosphérique ont été avancés pour expliquer ce phénomène. Toutefois, ceux-ci nécessitent soit la présence d'un champ magnétique entraîné par la rotation de la source accrétante soit des effets purement général-relativistes. Or de récentes observations ont montré l'existence d'une corrélation entre les QPOs issues des naines blanches, des étoiles à neutrons et des trous noirs. Si l'on accepte donc l'idée d'une origine commune pour ces QPOs, on est amené à rejeter les modèles existants.

Dans cette présentation, je proposerai un nouveau modèle faisant intervenir une composante non axisymétrique et en rotation soit dans le champ gravitationnel soit dans le champ magnétique de l'étoile accrétante. Dans une première partie, je montrerai que l'analyse linéaire de la stabilité d'un disque évoluant dans une telle structure prédit l'existence de 3 types d'instabilités : une résonance de co-rotation, une résonance paramétrique et une résonance de forçage. Dans une deuxième partie, ces résultats seront généralisés à l'aide de simulations 2D utilisant des méthodes pseudo-spectrales. Enfin, je discuterai des conséquences observationnelles de ces instabilités sur les courbes de lumière émises par le disque et permettant une confrontation ultérieure aux observations.


Properties of spiral galaxy stellar halos.

Vendredi 30 Avril 2004, 10h30

Mustapha MOUHCINE
Université de Nottingham, Grande-Bretagne

Were the extended stellar halos the first stellar populations to form in spiral galaxies, or have they been accreted over time from dwarf galaxies? What are the systematic relations between the disk, the bulge and the halo? Does stellar mass of the halo scale with the mass of the bulge or the mass of the entire galaxy? To begin to address such questions we observed a sample of nearby spiral galaxies with the HST and resolved the top few magnitudes of the red-giant branch in the halo population. These observations allow the first systematic study of the spatial distributions, metallicities and metallicity distributions of halo stars in normal spiral galaxies outside of the Local Group. I will present the analysis of the colour-magnitude diagrams, including estimates of the mean metallicities and metallicity distributions, and first systematic trends within the sample of galaxies. A major result is that the metal-poor stellar halo of the Milky Way may be peculiar for a luminous spiral galaxy. I will also present new constraints on the halo galaxy assembly and the protogalactic galaxy population that has formed the galactic halo from the modelling of the new stellar halo metallicity-parent galaxy luminosity.


"Published" extragalactic data: how accessible are they?

Vendredi 7 Mai 2004, 10h30

Heinz ANDERNACH
Université de Guanajuato

The current situation of public accessibility of tabular data contained in publications is reviewed, including access from sources like astronomical data centers, preprint servers, and electronic journals. It is shown that despite the enormous increase, during the last decade, of data stored at the data center(s), the current coverage of articles with tabular data on at least 100 objects is near 50 per cent only, albeit with a (not too strong) trend for better coverage of larger tabular data sets.

In parallel to the collection at the established data centers, and partly as a necessity for his own research projects, since 1989 the author has collected tabular data from over 1600 publications, about 60 per cent of these concerned with radio observations, and the rest with extragalactic objects in general. Tables from about 280 publications were recovered by the author by means of optical character recognition (OCR). Tables for only about 60 per cent of these 1600 articles are available from the CDS or CATS (cats.sao.ru) catalogue collections.

I close with an example of active exploitation of electronic tabular data and conclude that both, object databases like NED & SIMBAD, as well as catalogue browsers like Vizier and CATS, complement each other, and that further human resources must be employed to achieve a better coverage of published extragalactic data within the Virtual Observatory project


Galactic disks.

Vendredi 14 Mai 2004, 10h30

Ken FREEMAN
Australian National University

I will give an overview of what we know about galactic disks. Topics include the structure and formation of thin and thick disks, how they fit into the current galaxy formation paradigm, their star formation histories and the significance of their scaling laws


Barred galaxies en face: Boxy outer isophotes and inner rings.

Vendredi 28 Mai 2004, 10h30

Panos PATSIS
Académie d'Athènes

The connection between the observed morphology in rather face-on views of barred galaxies and the underlying orbital behaviour is investigated. The cases of inner rings around the bars, as well as those of loops, and outer and inner boxy isophotes are discussed.


L'évaporation des Jupiters-chauds. Observations et modélisation.

Vendredi 4 Juin 2004, 10h30

Alain LECAVELIER
Institut d'Astrophysique de Paris

Parmi la centaine de planètes extra-solaires connue, plus de 15% orbitent à moins de 0.1 UA de leur étoile. Nous présenterons les observations et la modélisation de l'évaporation de ces "Jupiters-chauds".

Les observations ont commencé avec HST lorsque l'on a constaté que la planète en orbite autour de HD209458 possède une atmosphère étendue d'hydrogène en échappement. Des observations plus récentes confirment la présence de cet échappement. Et, mieux encore, elles ont montré la présence d'oxygène et de carbone à très haute altitude. Ceci montre qu'il ne s'agit pas d'une évaporation par échappement de Jeans, mais plutôt d'une éjection dynamique de l'atmosphère.

Afin d'interpréter ces observations, nous avons développé un modèle pour comprendre les mécanismes en oeuvre et estimer le taux d'échappement de ces Jupiters-chauds. La combinaison des forces de marée et de la température élevée de la haute atmosphère conduit naturellement à un échappement efficace. Cette modélisation reproduit très bien l'estimation observationnelle du taux d'échappement de HD209458b. De plus, elle permet d'expliquer le petit nombre de planètes géantes à moins de 0.04 UA, distance en deçà de laquelle on peut imaginer la présence d'un nouveau type de planètes, constituées du résidu de l'évaporation des planètes géantes qui auraient migré à l'intérieur de cette zone.


The structure of cool star winds and YSO environments probed using masers.

Vendredi 18 Juin 2004, 10h30

Anita RICHARDS
University of Manchester

Most stars are more spherical than a billiard ball but they die surrounded by axisymmetric nebulae. Radio interferometry images of maser emission trace the kinematics of the wind from late-type stars and the onset of bipolarity and reveal the role played by the stellar magnetic field. AU-scale resolution is possible, showing the winds are clumpy on scales which may be related to internal stellar processes. Masers are also used to probe YSO jets and accretion discs and may in some cases be associated with shocks in the parent clouds.


Quintessence et Structures.

Vendredi 2 Juillet 2004, 10h30

Morgan LE DELLIOU
Institut National de Physique Nucléaire et de Physique des Particules

Les modèles d'énergie sombre dynamiques, rassemblés sous le terme "quintessence", résolvent certains problèmes posés par l'introduction d'une constante cosmologique (coïncidence, fine-tuning, origine théorique, équation d'état) afin d'expliquer l'observation d'une accélération cosmique récente (SNIa). Une étude de leurs effets sur la formation des structures permet de montrer qu'un examen cosmologique de précision des plus grandes structures peut espérer discriminer entre ces modèles.



Rodrigo Ibata, Observatoire Astronomique de Strasbourg